La qualité au service du projet

Tampon2L’activité de recette est une activité particulièrement sensible dans un projet car son objectif est de définir le niveau de  qualité des produits livrés par rapport à un seuil d’acceptation défini dans un cahier des charges. En effet, pour mesurer, il faut un objet à mesurer (le logiciel développé), un outil de mesure (le cahier de recettes) et une référence pour la mesure (le cahier des charges).

Bien entendu, ce cahier des charges aura notamment intégré les critères de qualité de la norme ISO qui permettent d’évaluer la qualité des logiciels.

La recette consiste à apporter en quelques sortes une certification de la qualité. Comme toute activité d’évaluation, elle doit reposer sur une méthodologie éprouvée et être exécutée avec une très grande rigueur.

Les principaux risques

Les principaux risques liés au fait de ne pas formaliser les tests de recette sont les suivants :

  • passer l’essentiel du temps à tester des cas qui ne seront qu’exceptionnellement exécutés par les utilisateurs alors que les cas métiers les plus fréquents seront peu ou pas testés. Parfois, le désir de vouloir trouver les anomalies conduit à tester des séries de cas particuliers/ exceptionnels au détriment des cas d’utilisation usuels des utilisateurs. On récupère alors une application qui traite très bien les 20% de cas les plus rares alors qu’elle plante sur les 80% de cas les plus couramment utilisés.
  • mal répartir les cas de test et oublier des domaines importants. La formalisation des tests permet de s’assurer que tous les domaines du cahier des charges sont bien couverts.
  • être dans l’incapacité d’expliquer aux équipes de développement les conditions dans lesquelles les dysfonctionnements constatés sont apparus. Il est essentiel pour les développeurs de connaître les caractéristiques précises de survenance des anomalies. Une recette bien formalisée permet de tracer ces éléments dans des fiches dédiées ce qui représente un gain de temps considérable dans le diagnostic de l’origine du problème.
  • refaire plusieurs fois les mêmes cas de recette au sein d’une même session de recette. En effet, lorsque les cas ne sont pas écrits et si la recette dure ne serait ce que quelques heures, il est fort possible que les mêmes cas soient exécutés plusieurs fois. En effet, la personne en charge de la recette ne saura plus forcément si tel ou tel cas précis a été exécuté ou non. Cela a un double inconvénient : perte de temps au détriment d’autres cas qui ne seront probablement pas exécutés.

Dans l’idéal, pour ne pas négliger les phases de recette, qui se trouvent souvent sur le chemin critique, il faut les anticiper suffisamment à l’avance et donc les planifier dès le début du projet. Dans la pratique, il est possible de commencer à préparer la recette dès la fin de la phase de cahier des charges.

Attention toutefois, des arbitrages fonctionnels et des précisions sont apportés lors des phases d’analyse et de conception. Ces éléments ont souvent des impacts sur le descriptif des tests à réaliser. Pour ce qui est du cahier de recette, il est donc préférable d’effectuer l’essentiel de la rédaction pendant la phase de développement.

Par contre les travaux d’organisation de la recette seront à effectuer en amont du développement.